exclusivit__NS_rollyCatégorie:          Auteur
Dates bio:         1883-1969
Activité:            1915-1951~

Yvonne Pauline Ponchon est née le 29 avril 1883, fille de Eugène Ponchon (1845-?) et de son épouse Pauline Adèle (1852-?, née Brémaud). Yvonne a vu le jour à la rue des Beaux-Arts, à Paris, où son père était représentant de commerce. Elle sera suivie d'au moins un frère, Emile René (1886-1857). Elle s'est éteinte le 23 octobre 1969, à l'âge de 86 ans, à Paris.

La mère d'Yvonne, Pauline Adèle Brémaud, fille de Victor et Pauline Brémaud, est la soeur cadette de Paul Brémaud, médecin de la marine réputé à son époque.

  • Paul Brémaud (1846-1905)
    Oncle d'Yvonne Brémaud
    Paul Brémaud est né à Brest le 27 mars 1846, fils de Victor Brémaud (1815-1874), architecte et conseiller municipal, et de son épouse Pauline (1826-?, née Mangel). Il s'éteint en 1905, à bord du Formidable, à l'âge de 59 ans.
    Etudiant à l'Ecole de médecine navale de Brest, il interrompt ses études pour participer à la campagne du Mexique. De retour en France, il termine ses études et passe sa thèse à Montpellier en 1869. La même année, il est promu médecin de 2e classe de la marine
    De 1873 à 1875, il est nommé médecin-chef de la léproserie de La Réunion, où il épouse une demoiselle Isabelle Marie Matida Lépervanche. Le Dr. Brémaud effectue ensuite diverses campagnes à Madagascar, en Cochinchine, au Tonkin, pour terminer par le poste de professeur d'hygiène à l'Ecole de médecine de Pondichéry, en Inde. En 1890, il est nommé médecin principal de la chaire de pathologie et d'hygiène de l'Ecole de médecine de Brest. L'année suivante, il est affecté à l'escadre du Nord. Il voit parallèlement sa charge s'additionner de la responsabilité du Service des maladies nerveuses et mentales à l'hôpital de la Marine, toujours à Brest, cadre dans lequel il développe son intérêt pour l'hypnotisme en consacrant plusieurs mémoires à ce sujet.  Polyvalent, le Dr. Brémaud se passionne également pour des sujets divers, comme l'élucidation de points historiques ou mythologiques, littéraires, et anthropologiques.
    Bibliographie (sélection)
    • 1869: Quelques considérations sur le mal de Pott (thèse de doctorat)
    • 1875: Traitement de la lèpre par l'huile de Gurjun, dans Journal officiel de l'île de La Réunion
    • 1883: Etat de fascination chez les sujets non malade, Société de biologie
    • 1884: Provocation du somnanbulisme d'emblée, les yeux ouverts
    • 1891: Le Cyclone de l'Enéide (non-médical), présenté au Congrès des Sociétés savantes à la Sorbone
    • 1897 Etude sur le service médical à bord à l'occasion du combat

Le 13 juin 1905, Yvonne épouse Hans Alfred Henri Rychner, un jeune Neuchâtelois venu faire ses études d'architecture aux Beaux-Arts de Paris, fils de l'architecte Conrad-Alfred Rychner. Après le mariage, le couple s'établit en Suisse; ils auront au moins deux filles et un fils, Yves. A noter que la grand-mère maternelle d'Yvonne, Adélaïde, était également domiciliée en Suisse, à Genève, suite à un second mariage.

Br_maud_yvonne
Yvonne Brémaud (entre 1925 & 1932)

Yvonne fait ses débuts d'écrivain en 1915, en adoptant le pseudonyme d'Yvonne Brémaud, tiré du nom de jeune fille de sa mère. Son premier ouvrage, Josette et Francine, est destiné à ses deux petites filles. Elle en rédige le début alors que leur petit frère vient de naître. Ce premier essai destiné aux enfants sera suivi de Quand maman était petite et de Soeurette et Frérot, publiés quelques années plus tard.

Les années de guerre inspirent à Yvonne Brémaud En marge, qui est accueilli de manière mitigée par la critique en raison de certaines réflexions qui chiffonnent l'amour-propre de ses concitoyens d'adoption.

Dans les années d'après-guerre, elle propose des monologues et saynètes pour les enfants, publiés par Foetisch, un éditeur lausannois. Yvonne Brémaud fait partie des auteurs qui aiment partager leurs souvenirs d'enfance, expliquer leurs oeuvres et les dédier à des êtres chers. Ainsi, en 1920, elle publie Quand maman était petite, qu'elle adresse à René: "A mon frère René P., lieutenant d'artillerie, décoré de la Croix de Guerre, en souvenir affectueux de nos jeunes années".

Vers 1923, Yvonne Brémaud quitte la Suisse pour revenir à Paris. Elle publie alors quelques romans chez Fischbacher, dont l'un des directeurs, Charles Fischbacher, est un ami de la famille de longue date; il figurait en effet au nombre des témoins sur l'acte de naissance d'Yvonne.

 

  • En 1922 paraît dans Mon Journal une saynète, Le goûter de Georgette, signée Yvonne de Coppet. Il est possible qu'il s'agisse d'un pseudonyme éphémère d'Yvonne Brémaud, Coppet étant un petit village au bord du Lac Léman entre Genève et Lausanne, où les Rychner semblent avoir séjourné.

En 1924 paraît la Brève idylle du Professeur Maindroz, qui sera reprise en 1930 dans la collection Stella, et qu'elle dédie à "La mémoire de ma petite amie Odette D. qui en 1923, écoutait, souriante, devant le Léman, la lecture, chapitre par chapitre, de la Brève idylle". A la même époque, Yvonne Brémaud entretient une correspondance avec son compatriote, l'écrivain Henri Pourrat (1887-1959); elle publie par ailleurs un article sur Gaspard des Montagnes dans la revue neuchâteloise La Suisse libérale.

N'oubliant pas ses origines lorraines par la branche maternelle, Yvonne Brémaud s'accorde en 1925 de "passer par la Lorraine", qu'elle dédie "A la mémoire de mon arrière-grand-père Mangel, notaire et maire-adjoint à Lunéville, de sa femme, A. Mangel née Mangin, de ma grand'mère P. Brémaud, née à Lunéville, et en témoignage d'affection à toute ma famille de Lorraine, à Nancy, Blamont, Saint-Dié et Lorquin"

En 1926, Yvonne Brémaud manque de peu le Prix Femme de France, attribué à La Belle Trentemousine de Marcelle Gaston-Martin, par huit voix contre trois à sa Bête à chagrin, dont elle avait placé le déroulement à Nancy. La même année, elle devient sociétaire de la Société des Gens de Lettres (SGDL).

Toujours en 1926, elle publie Paris, notre grand'ville, qu'elle destine aux lycéens et lycéennes de Paris, qui comme elle, petits, méconnaissaient les beautés de leur ville natale.

Absente de La Semaine de Suzette, Yvonne Brémaud fait cependant deux apparitions dans la pause estivale de Suzette en vacances, dans une nouvelle illustrée par Maurice Berty et dans une saynète animée par Jacqueline Duché, Mie Cigale, Dame Fourmi et le Prince Charmant.

mie_cigale
Mie Cigale, Dame Fourmi et le Prince Charmant (1926)

 

A partir de 1930, Yvonne Brémaud apparaît dans des collections en vogue, comme la Collection Stella ou La Liseuse.

En 1992, son fils Yves Rychner fait don à la Ville de Neuchâtel des documents familiaux concernant l'oeuvre de sa mère (documents manuscrits, imprimés et iconographiques).

Sources:
- Dictionnaire de biographie française, M. Prévost & R. d'Amat (1956), Lib. Letouzey & Ané (Paris)
- Dictionnaire biographique international des écrivains, H. Carnoy (1902-1909)
- collection personnelle
- autres sur demande

Toute reproduction, même partielle, strictement interdite - Copyright © NouvelleSuzette 2006-2013

Bibliographie (liste non-exhaustive)

Les années en italique sont estimées

Presse & revues

  • 1922: La Suisse libérale (Neuchâtel)
  • 1922-1926: Les Veillées des Chaumières, éd. Gautier & Languereau
  • 1926: Suzette en Vacances, éd. Gautier & Languereau
  • 1926: La Femme de France   
  • 1928: Le Petit Echo de la Mode, éd. du Petit Echo de la Mode

Collections

  • 1915: Collection Pâquerette, éd. Delachaux & Nestlé (Neuchâtel)
  • 1930-1933: Collection Stella, éd. Petit Echo de la Mode
  • 1931: Collection La Liseuse, éd. Plon
  • 1950-1951: Bibliothèque Pervenche, éd. Dumas

Bibliographie générale

  • 1915: Josette et Francine, ill. Geisseler, éd. Delachaux & Nestlé, coll. Pâquerette
       
  • 1920: Quand maman était petite, ill. Lienhard-Geisseler, éd. Delachaux & Nestlé
  • 1921: En marge, éd. Fischbacher
  • 1921: Mabel ou la bête noire (saynète), éd. Foetisch Frères
  • 1921: La fête de Noël, éd. Foetisch Frères
  • 1922: Madame Bonneton, dans Les Veillées
  • 1922: La bonne fée, dans Les Veillées
  • 1922: La revanche de Madame Plume, dans Les Veillées
  • 1922: Journaliste ! (monologue), éd. éd. Foetisch Frères
  • 1922: Aimez-vous les femmes ? (monologue), éd. Foetisch Frères
  • 1922: Gaspard des Montagnes, dans La Suisse libérale
  • 1922: Five o'clock tea ou la bonne tante (saynète), éd. Foetisch Frères
  • 1922: Camelot du Roy (monologue), éd. Foetisch Frères
  • 1922: Babeli à Paris (monologue), éd. Foetisch Frères
  • 1922: Martyre ! (monologue), éd. Foetisch Frères
  • 1922: Michette (monologue), éd. Foetisch Frères
  • 1922: Riquet (monologue), éd. Foetisch Frères

quand_maman          br_ve_idylle
               Quand maman était petite (1920)                         La brève idylle du Pr. Maindroz (1930)

  • 1923: Autrefois ! (saynète), éd. Foetisch Frères
  • 1923: Système Taylor (dialogue), éd. Foetisch Frères
  • 1924: Soeurette et Frérot, éd. Fischbacher
  • 1924: La brève idylle du Professeur Maindroz, éd. Plon-Nourrit
  • 1924: Paris, notre grand'ville, ill. Yvon, éd. Fischbacher
  • 1925: En passant par la Lorraine, éd. Fischbacher
  • 1926: Une soirée au bosquet de la colonnade, ill. Berty, dans Suzette en vacances
  • 1926: Mie Cigale, Dame Fourmi et le Prince Charmant, ill. Jacqueline Duché, dans Suzette en vacances
  • 1926: La bête à chagrin, dans Femme de France
  • 1925: Les Pharisiens, éd. Fischbacher
  • 1925: La rampe, éd. Fischbacher
  • 1925: Parisette (nouvelles), éd. Fischbacher
  • 1926: Les Eveilleurs, éd. Fischbacher
  • 1926: Brouillonne, éd. Fischbacher
  • 1926: Sa vraie femme (pièce)
  • 1926: Le Nouvel An de Sylvère Beaudot, dans Les Veillées

paris     en_passant_par_lorraine
       Paris, notre grand'ville (1924)                               En passant par la Lorraine (1925)

  • 1930: La brève idylle du Professeur Maindroz, ill. de Nolhac (couv.), coll. Stella N° 240
  • 1931: Celles qui ont une âme, ill. Jacqueline Duché (couv), coll. La Liseuse N° 122   
  • 1931: Mon "ciné", dans le Petit Echo
  • 1933: Les Livres d'étrennes du Père Noël, dans le Petit Echo
  • 1933: Mammy, moi et les autres, coll. Stella N° 241

celles_qui_ont_une_ame     mammy
Celles qui ont une âme (1931)                Mammy, moi et les autres (1933)

  • 1950: Second métier, éd. Dumas, coll. Bibl. Pervenche N° 76
  • 1951: La rose de Bahama, éd. Dumas, coll. Bibl. Pervenche N° 93

CET ARTICLE SERA COMPLÉTÉ ou CORRIGÉ AU FUR ET À MESURE DES RECHERCHES DE NOUVELLESUZETTE
Toute reproduction, même partielle, strictement interdite - Copyright © NouvelleSuzette 2006-2013

Création: 6 novembre 2010   -   MàJ: 15/11/2010
Yvonne Brémaud, Y. Brémaud, Brémaud Yvonne, Brémaud Y., Yvonne Ponchon, Y. Ponchon, Ponchon Yvonne, Ponchon Y., Yvonne Rychner, Rychner Yvonne. Ponchon-Rychner, Rychner-Ponchon. Adelaide Mangin. Auteur, auteure, romancier, romancière, écrivain, écrivaine. Biographie, bibliographie. Author, writer. Biography, bibliography